A rebours – Comment s’arracher à l’ennui et à la tentation du crime que chacun porte en soi ? Joris-Karl Huysmans

Livre pas du tout ennuyeux sur l’ennui.images

 L’ennui, mal du siècle au XIX ème. L’ennui, vécu dans une existence littéraire et secrètement religieuse.

Le héros, Des Esseintes, admire  Baudelaire et  Barbey.  Le roman s’ouvre sur une épitaphe de Rusbroek l’admirable et s’achève sur une prière baudelairienne des Esseintes.

 « Seigneur, prenez pitié du chrétien qui doute, de l’incrédule qui voudrait croire, du forçat de la vie qui s’embarque seul, dans la nuit, sous un firmament que n’éclairent plus les consolants fanaux du vieil espoir ! » 

Exercice spirituel pour Huysmans que ce personnage de des Esseintes. Espace littéraire où un jeu se joue entre l’auteur et son personnage. Il se projette dans ce fantoche et s’identifie à lui pour matérialiser et donc pouvoir s’arracher à ses tentations le plus profondes, celles du crime.

Pas étonnant alors que Huysmans soit autant cité dans le beau livre illustré pour l’exposition Crimes et Châtiment du Musée d’Orsay. Son thème est constant : le monde est une entreprise sadique dont l’homme est la cible. Alors des Esseintes emprunte la route dangereuse du crime en commentant les toiles de Gustave Moreau que vous pourrez admirer au musée d’Orsay.

On lira avec intérêt les passages sur les estampes de Jan Luyken, graveur hollandais. On aurait aimé admirer ces estampes dans l’actuelle exposition.

«  Il possédait de cet artiste fantasque et lugubre, véhément et farouche, la série de ses Persécutions religieuses, d’épouvantables planches contenant tous les supplices que la folie des religions a inventés, des planches où hurlait le spectacle des souffrances humaines, des corps rissolés sur des brasiers, des crânes décolletés avec des sabres, trépanés avec des clous, entaillés avec des scies, des intestins dévidés du ventre et enroulés sur des bobines, des ongles lentement arrachés avec des tenailles… » (p.151)

Des Esseintes, héros kierkegaardien et  figure d’angoisse, annonce le Bardamu de Céline, tout comme les estampes de Jan Luyken préfigurent les tortures du XX ème siècle et nous donnent une certaine lecture du crime de cet arrageois, mari modèle qui,  pourtant  décapita son épouse après l’avoir assassinée.

La Bible de l’esprit décadent et de la « charogne » 1900 est toujours d’actualité. Le dernier livre de Régis Jauffret l’a prouvé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s