Tuer le père. Amélie Nothomb.

imagesCourte farce agréable. Intarrissable talent. Refondation baroque du complexe d’oedipe : un apprenti magicien rencontre deux fois un escroc belge, se le choisit pour père et rejette l’homme qui l’a élevé ! Amélie Nothomb plaque un faux concept sur une intrigue bien construite.

Obligation de sortir absolument un livre à chaque mois d’août ?
Goût prononcé de la farce ? Certainement… dans la première page ne se présente-t-elle pas déguisée en Amélie Nothomb magicienne ?

Mais comme chaque année au mois d’août, j’ai lu d’un trait le dernier Nothomb… avec plaisir. J’ai aimé le parcours de Joe , sa rencontre avec Norman le plus grand magicien du monde, son amour pour Christina, la femme de Norman, le machiavélisme avec lequel Joe trompe Norman son père adoptif et, triche au casino, pour le compte de l’escroc belge.
Mots clefs du livre (Pages150-151) :
« On dit de certains rejetons qu’ils ont de qui tenir. Il peut arriver que le processus s’inverse et qu’un père se mette à ressembler à son fils : Norman était devenu fou »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s