Mauvaise étoile. R.J.Ellory

imagesElliot et Clarence sont ils nés sous une mauvaise étoile ? Pas certain, car d’emblée ils commencent leur vie plutôt mieux que bien des personnages de roman noir.

Premières phrases du livre.

« A environ vingt-cinq ans, Carole Kempner avait fréquenté assez d’hommes pour ne plus connaître autre chose que la déception. Elle avait eu deux fils de deux misérables bons à rien qui semblaient cruellement déficients à tous les égards. L’un était idiot et irréfléchi, l’autre était purement et simplement cinglé. »

C’est tout.

Quand leur père tua leur mère devant eux ils auraient pu être davantage traumatisés et commettre encore plus de transgressions dans les maisons de correction où ils furent placés. Sur leur route ils auraient pu encore trouver un psychopathe pire que ce Earl Sheridan. Il les prend seulement en otages pour échapper à la chaise électrique. Lancé aux trousses du trio l’inspecteur Cassidy aurait pu avoir affaire à des pélerins encore plus complexes.

Road movie qui évoque de beaux souvenirs de cinéma.

Aller simple pour l’enfer en mode année 1960, délivré par un écrivain qui trouverait même en vous l’empreinte du diable.
Surtout : un ressenti émotionnel puissant qui relègue au second plan un récit passionnant et une enquête haletante.

Le ressenti émotionnel, pour Céline, c’était le plus important.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s