La tête du client. Michel Lebrun.

imagesImaginez-vous un papa comme ça. Très classique. Nom : Gaston Berrien. Papa qui fabrique des chapeaux dans l’ancien bordel la Fleur Blanche rue des Moulins, à l’endroit même où entre deux tableaux, Toulouse-Lautrec recevait sa maman… ça, c’est dans la journée…la nuit papa tient un tripot clandestin. Vous, son fils, tromperiez-vous pour autant votre chagrin en braquant les putes et en défonçant les machines à sous ? Non, vous feriez pas ça. Vous feriez pas non plus chanter votre papa avec vos potes en allant poster des missives vachardes rue des Petits Champs. Vous êtes un garçon tellement honnête que vous décourageriez aussi votre petite soeur de baisouiller avec le rejeton de Guy Tannay, politicard véreux et ameuteur de meufs à gros nibards. Seriez-vous choqué si vous découvriez que papa fait chante le politicard… à contrecoeur… Non. Pas possible. A Paris comme à New York, ça n’arrive plus aujourd’hui.

» A contrecoeur, Gaston fut bien obligé d’employer la seule arme qu’il possédat. Mais les mots eurent du mal à franchir le double barrage de ses dents et de ses lèvres.

– Souvenez-vous, monsieur le Ministre. Gilda. Tour de poitrine, 98. Tour de taille…
– Taisez-vous, coupa tannay, Je ne suis pas seul… »

Lisez ce livre et vous verrez bien si vous avez du respect pour les vieilles valeurs bourgeoises. Et si vous en redemandez, allez donc liroter le polar de Michel Lebrun… sur Lourdes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s